Pour Buc Naturellement

La démocratie participative à bon escient

Démocratie constructive, conseils de quartier, budget participatif … voilà les désignations de processus mis en place dans beaucoup de communes.  Loin de nous l’idée d’en contester le principe qui fût au cœur de notre programme.

La Mairie a développé de nouveaux éléments de participation et nous nous en réjouissions. Mais il nous incombe de souligner les limites de leur mise en œuvre par l’équipe actuelle.

Il est tout d’abord regrettable que sur des sujets importants, la concertation ait été aux abonnés absents :

  • Ainsi de l’abandon du projet de maison médicale décidé de manière abrupte. Nous restons sans réponse du Maire au projet alternatif de maison pour jeunes femmes handicapées que nous avions transmis.
  • L’avenir de la maison Blériot ne doit pas uniquement être étudié par un promoteur. Il pourrait faire l’objet d’une réflexion élargie comme ce fut le cas pour le château. Ces bâtiments phares de notre patrimoine méritent un traitement particulier et concerté.
  • Les associations viennent d’être informées qu’elles devront quitter la maison des associations transformée en espace jeunes. Nous attendons les contours de ce projet mais relayons déjà les inquiétudes légitimes des associations. Là encore, la décision semble précéder la consultation. Si la place de l’espace jeunes près du MLK et du LFA semble logique, nous pourrions aussi réfléchir en amont à l’usage de cette maison des associations qui deviendrait peu occupée en journée.

En effet, au-delà de la méthode, une politique participative ambitieuse pourrait inclure la mise en place d’outils dédiés. Par exemple en créant un bâtiment municipal équipé comme une entreprise avec bureaux, salles de réunion, ordinateurs, imprimantes, ateliers, Fablab etc. Un tiers-lieu ouvert aux Bucois de toutes générations, dans l’esprit de partage et de rencontre qui caractérise notre commune. Véritable moyen de participation citoyenne par sa mission et par son fonctionnement, cette maison citoyenne permettrait aux Bucois de participer à l’élaboration de projets individuels mais aussi collectifs. Une personne ou groupe de personne, association, conseil de quartier pourrait exposer son projet devant ce collectif assisté d’un comité de contrôle composé d’élus pour valider en continu les projets proposés en toute transparence. Les 100 000€ alloués au budget participatif serviraient chaque année à financer et développer ce bâtiment. Cela deviendrait un vrai budget d’investissement pour le futur de Buc : des Bucois qui développent des projets dans une maison citoyenne et Buc qui s’appuie sur ces services citoyens pour se développer ... voilà une véritable politique participative !

Enfin, parfois, trop de consultation tue la consultation. Comme les parents d’élèves, nous sommes restés vigilants face aux difficultés liées à la multiplicité des réunions de travail sur les rythmes scolaires. Le dispositif élaboré par le service des centres de loisirs aboutit à des décisions parfois prises avant la tenue de réunions… ou bien à des propositions différentes de celles retenues par les groupes de travail. Les familles sont consultées mais peu mobilisées par la ville et, au final, le nombre de votants peu élevé affaiblit le processus global.

Il faudrait éviter de paraphraser la publicité : la participation c’est ceux qui en parlent le plus qui la pratiquent le moins.

Pour Buc Naturellement : J. Espinos, C. Gasq, F. Gaulier, T. Hullot, R. Jourdan, C. Le Dantec, L. Weiss

Imprimer Courriel