Atout Buc

Le Maire ne doit pas avoir la même définition du mot dialogue que celle que nous connaissons tous. Dans le Parisien du 20 octobre il déclare « Je reste ouvert au dialogue à condition qu’il soit constructif » mais qui peut décider qu’un dialogue est constructif, si celui-ci n’a pas lieu ? 

 

Un bref rappel des faits : 

-      Le 11 octobre, les riverains de la rue Louis blériot de la 1ère tranche recoivent une information de la Mairie par laquelle des travaux de nuit vont avoir lieu sur le nouveau carrefour rue blériot/rue des sources au motif d’une meilleure sécurité des piétons.

-      Je me rends personnellement sur les lieux pour constater la suppression d’un terre plein central alors que nous nous attendions à une modification du rond-point par une surépaisseur (comme demandée à la réunion publique du 7 octobre par les riverains eux-mêmes)

-      J’envoie immédiatement un SMS au Maire en lui suggérant de s’expliquer sur cette modification substantielle du projet qui, de fait, facilite le passage des Poids lourds,  encourant ainsi une réaction brutale de la part des associations sur une décision qui reste, une fois de plus, unilatérale.

Pas de réponse…

Le 18, jour du Conseil Municipal, et comme nous le redoutions, un collectif de l’ArBBuc se joint au public armé de pancartes aux slogans bien légitimes.

Je demande à Monsieur le Maire de les entendre en début de séance afin de préserver la quiétude qu’il sied à un Conseil Municipal. Il refuse et la réaction de l’Association ne se fait pas attendre : Frustration, mécontentement, colère.

Dés lors je prends la décision de quitter la séance entrainant l’autre groupe d’opposition et tous ensemble nous demandons à être entendus.

Rien n’y fait, le Maire reste campé sur sa position allant même jusqu’à menacer de tenir son conseil à « huis clos ». Mais quel genre de Conseil veut-il ?...

 

Alors, Monsieur le Maire, qu’est-ce pour vous un dialogue constructif ?  

-      Quand vous ne répondez pas à un de vos conseillers municipaux,

-      Quand vous n’autorisez pas un collectif venu spécialement vous parler dans un endroit solennel,

-      Quand enfin vous menacez d’un « huis clos » pour contrer un débordement légitime dont vous vous êtes rendu, seul, responsable.

 

Et vous briguez un siège de Conseiller Général ?

Où le dialogue est essentiel !

Attention à la sanction électorale

Imprimer