Agir pour Buc

Des locaux municipaux fermés, des services communaux répartis dans plusieurs bâtiments. Parce que prévoir, c’est anticiper ! et les travaux de restruc turation
auraient dû débuter en début d’année... Au lieu de cela, le projet abouti et entière ment auto financé, a été stoppé net par un juge des référés qui a préféré mettre en suspend ce dossier dans l’attente que d’autres jugent au fond le recours intenté à l’encontre du permis de construire... Que de perte de temps et d’argent... La faute à qui ?

Nos opposants, amis pour l’occasion, manipulés en sous main par une association locale bien connue de défense de l’environnement ont tout fait pour bloquer cette opération. Instinct de survie de toute opposition, il faut s’opposer systématiquement pour exister !

Mais est ce bien à la Justice de juger de l’opportunité de cette opération puisque tel est le motif principal du recours de nos opposants ? Des communes, bien qu’adhérentes à la communauté d’agglomération de Saint Quentin en Yvelines, plus avancée dans le transfert de compétences, ont fait un choix analogue. Allez voir la mairie de Guyancourt et celle de Trappes !

Le projet est tout simplement indispensable pour répondre aux normes légales d’accessibilité et aux besoins d’une population qui se développe.

Rassembler tous les services en seul lieu, c’est créer un guichet unique pour assurer un accueil de qualité aux habitants. Choisir un parti architectural intégrant les nouvelles techniques, c’est limiter l’impact environnemental du bâtiment et réaliser des économies d’énergie. En outre, le temps gaspillé par nos opposants aura incontestablement un impact économique pour les entreprises retenues, pour l’essentiel bucoises… Mais cet aspect des choses n’effleure ni la Justice, ni l’opposition ! Après deux séances successives, ce qui est une rareté de procé dure, le juge des référés a décidé la suspension du permis de construire pour deux raisons :
• l’une ayant trait au nouveau PLU alors que l’actuel permet cette opération (complaisance ?)
• l’autre pour risque d’illégalité du permis de construire alors qu’il est rigoureusement conforme au code de l’urbanisme (incompétence ?).

Il convient de rappeler ce que le Maire de la commune a dit et redit : il s’agit d’un projet ayant été choisi unanimement par le jury du concours d’architectes lancé à cette occasion.Un nouveau permis de construire va être présenté associant au mieux l’architecture de la maison Mathilda Gray et l’ouvrage contemporain conçu avec le souci de la rationalité, de l’efficacité et de la modernité.

N’est-ce pas l’occasion de disposer à nouveau d’une salle de conseil municipal ? de créer un volume de classement des archives pour faire face aux besoins à venir ? Une mairie se construit pour plusieurs générations. Il faut beaucoup de courage à un Maire pour se lancer dans une telle aventure qui prête bien évidemment le flanc, comme c’est le cas, à la polémique misérable !

Imprimer Courriel