square des aviateurs

UN NOUVEAU SITE

Par délibération en date du 23 novembre 2015, le conseil municipal de Buc a décidé de nommer « Square des Aviateurs » le site sur lequel ont été érigés et restaurés
-    La porte monumentale de l’Aéroparc de Buc
-    La statue de Jean Casale
Elle souhaite également y faire reposer la stèle de Louis Massote, décédé le 15 juin 1937 à l’occasion des 80 ans de sa disparition et procéder à la restauration d’un petit ouvrage dessiné sous forme de cœur dit « Cœur de Louis Massotte » dans le Pré-clos qui matérialise au sol l’endroit où fut retrouvé son avion lors de son accident mortel.
Au moment où la France commémore le bicentenaire de la guerre 14-18, la commune a choisi de préserver son histoire en mettant en valeur la mémoire de son passé aéronautique dont elle est fière.


LA PORTE DE L'AEROPARC BLERIOT

Le 25 juillet 1909, l’aviateur Louis Blériot réussit l’exploit de traverser la Manche à bord du Blériot XI.
Fort de cette notoriété, il choisit le terrain de Buc pour créer, au sein de son entreprise « Blériot Aéronautique », un site particulier, proche de Paris pour les essais d’appareils et la formation des pilotes.
Inauguré le 13 novembre 1912, le site comporte un bâtiment principal, siège de l’école de pilotage, faisant office également d’hôtel pour les aviateurs et apprentis pilotes, précédé d’une porte monumentale, visible de loin.
Des hangars et une immense tribune complètent le site afin d’y préparer de grands spectacles aériens.
Le site est très actif durant la 1ère Guerre Mondiale et dans les années 1920 notamment avec les avions SPAD.
Les années 1930 marquent alors le déclin et la fin d’une grande époque après le décès en 1936 de Louis Blériot.
De 1940 à 1944, le site est occupé et bombardé à plusieurs reprises.
Après la 2nde Guerre Mondiale, le terrain est rendu dans un piètre état à la société « Blériot Aéronautique ».
L’activité cesse en 1966 et la fermeture définitive du site intervient en 1970.
Seuls les vestiges de la porte monumentale de l’aéroparc allaient marquer le passé aéronautique exceptionnel de notre commune.
Le centenaire de la traversée de la Manche en 2009 a été l’occasion pour la commune de Buc de revenir sur son passé par la réalisation d’un ouvrage très documenté, « Buc à travers l’aviation » et par la restauration de la porte de l’aéroparc Blériot.
Parallèlement la société SECAMIC offrait à la commune de Buc un Mirage III installé près de la porte Monumentale de l’aéroparc et visible de l’avenue Jean Casale.
Commencés le 29 mai 2015, les travaux de restauration de la porte monumentale de l’aéroparc Blériot se sont achevés le 15 septembre 2015.
La fondation du Patrimoine a accompagné ce projet durant 3 ans et a permis de récolter les fonds nécessaires au financement d’une grande partie de l’opération dont le coût s’élève à 186 740 € HT dont 167 299 € sont issus de dons et de subventions (Don de la société SAFRAN notamment et de Mme Annick Duchène, Sénatrice, dans le cadre de sa réserve parlementaire, don de la Fondation du Patrimoine et du Conseil Départemental des Yvelines.)
L’ensemble de la porte de l’aéroparc s’élève à 15m de haut et s’appuie sur les frondaisons des marronniers plantés en 1910 par Louis Blériot.
Le chantier a été mené par un architecte du Patrimoine passionné d’histoire qui a su reprendre les éléments d’origine pour les remettre en valeur et reçu le label du « Centenaire de la 1ère  Guerre Mondiale ».
Soucieuse de sauvegarder son patrimoine aéronautique, la commune a décidé de poursuivre la restauration du site en procédant à la remise en état de la statue Jean Casale dont le buste avait subi de lourds dégâts lors d’un bombardement au cours de la dernière guerre.


LE POSTE ERDF

Afin de raconter l’histoire de l’aviation bucoise et de son héros Louis Blériot, la commune a demandé l’autorisation à l’opérateur ERDF qui gère le poste transformateur installé sur le square des aviateurs, de pouvoir peindre des fresques sur les murs de ce petit bâtiment.
C’est ainsi que les passants, à pied, en vélo ou en voiture peuvent découvrir l’histoire aéronautique bucoise.

transfo sq aviateurs2015  transfo sq aviateurs2017
Transformateur ENEDIS avant et après sa réhabilitation

LA STATUE CASALE

Né le 24 septembre 1893 à Olmeta-di-Tuda en Corse, Jean-Hyacinthe Casale, Marquis de Montferrato, après des études au lycée de Bastia, part à Marseille pour y exercer la profession de chauffeur automobile.
Après son service militaire, il sert au régiment des Chasseurs à cheval. Envoyé au front, dès le début de la 1ère Guerre Mondiale, il est blessé à la cuisse. De retour en Corse pour convalescence, il s’intéresse à l’aviation, décide de franchir le pas et obtient le brevet de pilote militaire en 1915.
Pendant la guerre, Jean Casale a livré une centaine de combats et abattu 17 avions dont 12 victoires homologuées : ce qui lui vaut le titre honorifique d’ « As ».
Il est fait Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur en 1917.
Après la guerre, il entre aux établissements Blériot-Aéronautiques comme 1er pilote d’essais et participe aux études des effets de l’altitude sur l’organisme humain.
Il battra de nombreux records du monde de vitesse et d’altitude.
Le 23 juin 1923 vers 13h30, de retour d’un meeting aérien au Touquet, son Blériot Type 115 dit « le Mammouth » s’écrase dans la forêt de Daméraucourt au nord de Grandvilliers dans l’Oise.
Jean Casale meurt sur le coup.
Il est enterré dans sa ville natale mais ses amis pilotes ont souhaité ériger une sculpture en sa mémoire grâce à une souscription à laquelle a participé Louis Blériot.
Ce monument sculpté par Victor-François Bazin a été érigé en 1925. Il est mis en perspective en haut d’un escalier surplombant l’avenue, tout près de la porte monumentale de l’aéroparc Blériot.
En souhaitant restaurer ce monument, la commune entend retrouver ici une part importante de son histoire et rendre hommage à celles et ceux, passionnés par les engins volants, qui ont participé à l’évolution de l’aéronautique souvent au péril de leur vie et parfois aux plus sombres moments des 1ère et 2nde Guerre Mondiales.
Les travaux de restauration de la statue Casale ont commencé le 3 novembre 2016 puisque la statue a été emmenée par les équipes de restauration pour rejoindre les ateliers de Jean-Loup Bouvier en Avignon.
Elle sera de retour sur la commune en mai 2017.
Pendant ce temps, les entreprises retenues sur ce chantier de restauration réhabilite le socle qui portera la statue.
Le monument sera replacé proche de son emplacement d’origine, sur un nouveau socle à l’identique de celui de 1925 mais redirigé vers le parc afin de privilégier les vues des piétons et des cyclistes passant sur le site.
La Fondation du Patrimoine accompagne ce projet qui a reçu le label « Centenaire de la 1ère Guerre Mondiale ».
Son financement est assuré en partie par les dons et subventions (dons du Sénateur A. Gournec dans le cadre de sa réserve parlementaire et du Conseil Régional Ile-de-France).
Les entreprises appelées à œuvrer sur ce chantier sont encadrées par l’architecte passionné d’histoire qui a accompagné la commune sur la restauration de la porte monumentale Blériot.


LES PORTRAITS DES AVIATEURS

Afin de préserver la mémoire de son passé aéronautique, la commune a souhaité mettre à l’honneur un certain nombre d’aviateurs qui ont travaillé auprès de Louis Blériot at qui ont permis de développer les technologies nouvelles.
Ainsi sur le petit mur qui longe la RD 938, 10 portraits de pilotes ont été identifiés et représentés pour le plaisir du promeneur en quête de son histoire.

porttraits aviateursPortraits de 10 pilotes peints sur le muret square des aviateurs

Imprimer Courriel

petit lavoir

 

En 2016, grâce à l’engagement du SIAVB, le lavoir situé rue du grand lavoir a pu être restauré.

La commune en a profité pour procéder à la réfection complète de la voirie qui permet d’y accéder et réaménager l'espace paysager avec des plantes propices au milieu humide.

 Lavoir avant restauration Lavoir restauré 2016
Avant et apres la restauration du lavoir en 2016
 

Imprimer Courriel